FMI : la guerre de la Russie en Ukraine va « gravement faire reculer » l’économie mondiale

“Les effets économiques de la guerre se propagent très loin”, a déclaré l’organisation dans ses dernières perspectives, publiées mardi.

Le FMI s’attend désormais à ce que l’économie mondiale progresse de 3,6 % en 2022 et 2023, une forte décélération de la croissance de 6,1% en 2021. Les nouvelles prévisions reflètent des révisions à la baisse de 0,8 et 0,2 point de pourcentage, respectivement, par rapport à ses prévisions de janvier.

La Banque mondiale a également réduit ses prévisions de croissance mondiale cette semaine. Il s’attend désormais à une croissance de l’économie mondiale de 3,2 % en 2022.

Le FMI Les perspectives supposent que la guerre reste confinée à l’Ukraine, que de nouvelles sanctions contre la Russie ne ciblent pas son énorme secteur énergétique et que les effets de la pandémie continuent de s’estomper.
Sans surprise, le conflit frappera le plus durement l’Ukraine et la Russie. Le FMI s’attend à ce que l’économie ukrainienne se contracte de 35 % cette année, tandis que les efforts de l’Occident pour punir la Russie sont sur le point de provoquer une contraction de son économie de 8,5 %.

Mais parce que la guerre a provoqué une flambée des prix de l’énergie et d’autres matières premières, aggravant les problèmes de la chaîne d’approvisionnement et nourrissant les attentes d’une inflation plus persistante, ses effets se feront sentir presque partout.

“La guerre va gravement retarder la reprise mondiale, ralentir la croissance et augmenter encore l’inflation”, a déclaré le FMI, soulignant que l’économie mondiale ne s’était pas complètement remise de la pandémie de coronavirus lorsque la Russie a envahi l’Ukraine fin février.

En Europe, qui dépend fortement de la Russie pour répondre à ses besoins énergétiques, la croissance devrait désormais ralentir à 2,8 % en 2022, soit une baisse de 1,1 point de pourcentage par rapport à janvier.

Les États-Unis sont relativement isolés. Pourtant, la faiblesse de ses partenaires commerciaux, ainsi que les plans de la Réserve fédérale visant à retirer rapidement le soutien à l’économie en période de pandémie et à augmenter les taux d’intérêt, pèsent sur les perspectives. Le FMI prévoit une croissance américaine de 3,7% en 2022 et de 2,3% en 2023, en baisse de 0,3 point de pourcentage depuis sa dernière prévision.

Des nuages ​​​​d’orage s’amoncellent également sur la Chine, dont le FMI prévoit désormais une croissance de 4,4% en 2022, bien en deçà de l’objectif officiel de Pékin d’environ 5,5%. La deuxième plus grande économie du monde est entravée par des fermetures visant à arrêter la propagation de Covid-19, les retombées de la guerre en Ukraine et des problèmes dans son secteur immobilier.

Alors que le rapport observe que “les perspectives économiques mondiales se sont considérablement détériorées” depuis le début de l’année, il ne prédit pas de récession, ce que le FMI appelle généralement lorsque la croissance tombe à 2,5% ou moins.

Mais le FMI note également une incertitude “bien au-delà de la fourchette normale” entourant ses projections en raison de la nature sans précédent du choc. Et les risques d’un ralentissement encore plus important, combiné à une inflation toujours élevée, augmentent.

Goldman Sachs a estimé cette semaine la probabilité d’une récession américaine à 15 % au cours des 12 prochains mois et à 35 % au cours des 24 prochains mois. La banque d’investissement japonaise Nomura a déclaré lundi que les chances augmentaient que la Chine tombe en récession ce printemps.

Beaucoup pourrait dépendre de la prochaine décision du président russe Vladimir Poutine. Si l’approvisionnement en gaz naturel russe de l’Allemagne était soudainement interrompu, la plus grande économie d’Europe perdrait une production économique choquante de 238 milliards de dollars au cours des deux prochaines années, ont déclaré les meilleurs prévisionnistes du pays.

L’Europe pourrait aussi aller plus loin dans la sanction de l’énergie russe. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré mardi qu’un embargo sur le pétrole russe au niveau de l’Union européenne était en préparation, ajoutant que le président français Emmanuel Macron souhaitait une telle décision.

“La raison pour laquelle nous n’en sommes pas encore là, ce n’est pas parce que la France ne le souhaite pas”, a déclaré Le Maire à la radio Europe 1. “C’est parce qu’il y a encore certains partenaires européens qui hésitent.”

.

Add Comment